• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Ballade en bord de mer !

Ballade en bord de mer ! - Paul Karim

Aujourd’hui, le ciel est dégagé, et l’océan déploie ses vagues une à une. Pour moi, c’est une journée de repos, première journée de vacances, après cette folle semaine passée entre les rendez-vous pour les enfants dans un cabinet dentaire ste-foy, les cours de piano que je suis depuis peu, la voiture tombée en panne, et le chien qui a passé trois jours chez le vétérinaire, je décide de m’octroyer une semaine de détente. J’aime contempler le spectacle donné sur la plage par l’écume des vagues. Face à l’océan, je me sens libre, cette vue qui change à chaque instant est reposante, et bien que je ne maîtrise pas cet élément, la vision de l’eau est apaisante.

Les rouleaux se déchaînent sur le sable. Ils sont impressionnants par leur taille, semblent majestueux, et l’écume qui s’envole dans le vent, ajoute une touche de légèreté. Je reste loin, parce que je sais que, même s’il n’y paraît pas, l’endroit est dangereux…

À proximité, une famille avec deux enfants admire, comme moi ce spectacle. Les enfants s’amusent avec les vagues qui déferlent sur le sable. Je viens ici, le long de l’Atlantique, depuis de nombreuses années. Je sais que du bord de l’eau, on a le sentiment de dominer, mais je sais aussi qu’il n’en est rien. Et voyant cette famille si proche des vagues, je réalise que les parents ne semblent pas connaître le danger. Les enfants ne devraient pas s’aventurer trop près de ce spectacle fabuleux, parce que l’océan peut les happer.

Le spectacle est magnifique, la musique que j’écoute m’apaise, j’ai la sensation de profiter pleinement de cette belle journée d’automne. Après quelques pas plus en avant, je me retourne vers cette famille et m’aperçois que les parents s’agitent. J’enlève mes écouteurs et entends des cris : « Au secours, Pierre, Pierre revient » . Le petit garçon n’est plus là, et les parents sont impuissants face à ces vagues… Je cours sur le sable pour les rejoindre tout en appelant les secours, et je prends mon courage à deux mains, je me déshabille et plonge dans cette eau froide. Après quelques secondes, je vois  Pierre se débattre dans les vagues. Parvenant à sa hauteur, je le prends par la taille et lui maintiens la bouche hors de l’eau. Les vagues nous chamboulent, nous font tourner dans tous les sens, mais je réussis à trouver pieds puis à sortir de l’eau et glisser Pierre sur le sable. Les parents pleurent de joie, les secours arrivent et prennent en charge le petit garçon, qui est au stade un de la noyade… Moi, j’ai froid, mais la pensée d’avoir sauvé une vie me réchauffe intérieurement.

En entrant dans l’eau, j’ai repoussé mes peurs et face au danger, je suis parvenu à les vaincre. Je suis simplement fier de moi et garderai cette ballade gravée en mémoire encore très longtemps.

À propos de l’auteur :

author